Les questions techniques
Rechercher
  • Des questions sur le vocabulaire du tapissier?
     

    LEXIQUE DU TAPISSIER

    Pensez à consulter :

    Accessoires du tapissier : voir l'article spécifique

    Accoudoir

    partie de la garniture sur  laquelle l'on pose les coudes. Garniture qui peut également être placée sur le haut du dossier d'un prie-Dieu ou sur le haut du dossier d'une voyelle, voyeuse ou ponteuse.

    Accotoire

    partie verticale  d'un fauteuil qui va de l'accoudoir ou de la manchette jusqu'au fond. Généralement attribué aux sièges à bois recouvert. Se dit pour l'intérieur mais aussi pour l'extérieur de ces sièges.

     

    fauteuil

    Accueil

    Enveloppe qui entoure l'âme du matelas. Cette enveloppe, faite le plus souvent de matières naturelles, permet de réguler la transpiration et la température. L'accueil peut être dynamique ou moelleux ou ferme.

    Aérateur

    Pièce située sur la ceinture périmétrale d'un matelas et favorisant une bonne ventilation.

    Aeroflex

    Mousse polyuréthane haute densité, élastique et microalvéole. Ce type de mousse apporte un grand confort ainsi qu’une bonne ventilation.

    Ame

    Sous-couche de crin, ouate ou mousse qui contribue à apporter un léger bombé.

    Anallergique

    Contenant des composants antiallergiques. Ceci est la base du traitement anti acarien.

    Ame

    noyau servant de support Le soutien peut être moelleux, ferme ou très ferme.:

    a)petite garniture ferme en forme de pelote pour donner un bombé et sur laquelle sera rapportée en surépaisseur une autre garniture (crin ou mousse).

    b) en couture : support de tissu pour le passepoil (ganse)

    ame

     

    Alcôve

    partie de l'architecture intérieur formant un renfoncement dans une pièce et permettant d'y placer un lit et d'être décorée par des rideaux en façade.

    alcove chateau motte tilly Alcove du Château de la Motte Tilly

    Alentours

    Fond de certaine tapisserie sur lequel se détache une scène traitée comme un tableau avec son cadre.

    Anglais

    a) modèle de fauteuil à bois recouvert de la moitié du XIXe siècle. b) forme de bourrelet sur les fauteuils de la fin du XIXe ; gros bourrelet débordant sous lequel part la plate bande de la couverture.

     

     

    Angléser

    Procédé technique qui permet d'offrir une finition invisible au tissu. Il se réalise avec un carton à anglaiser.

    a) sur un support fixe on utilise une bande de carton rigide de 1,5cm placée sur l'envers de l'étoffe et fixée à la semence ou à l'agrafe avant de rabattre le tissu. b) sur un support souple on réalise une couture à points cachés ou couture machine sur l'envers des étoffes.

    Angleser

     

     

    Apiécement ou appiècement

    morceau d’étoffe de même nature servant à élargir la pièce de tissu principale.

    Appointer

    Fixer de façon provisoire une toile ou un tissu à l'aide, généralement, de semences de 14 mm sans les enfoncer et enfoncées à moitié. Ces semences deviennent alors des appoints.

    Arabesques

    Entrelacement d'ornements décoratifs, de feuillages, etc mêlés de figures, à la manière des arabes. Les arabesques des audran, des bérain, notamment sont célèbres.

    Arbalète

    Se dit de la forme sinueuse évoquant celle d'une arbalète que l'on retrouve sur la traverse avant de certains sièges. Particulièrement sur les sièges de la Régence  et Louis XV ou Louis Philippe et Napoléon III.

     

    siège en arbalète - Louis XV siège en arbalète - Louis XV

    Armure :

    entrecroisement des fils de chaîne et des fils de trame d'une étoffe. Les principales armures sont : la toile, la satin et la serge.

    Toile                           Sergé                          Satin

    armure tissus

    Arrazi(pluriel d'arrazo)

    les Italiens au moyen âge appelaient ainsi, admirativement toutes les tapisseries de haute lice fabriquées en Flandre. Les anglais disaient des Arras.

    Astakan(point d')

    voir point Arcs-boutants: Partie du métier de basse lice maintenant, en plus des tréteaux, l'ensouple du devant, pour que plusieurs ouvriers puissent s'y appuyer

    Asseoir

    Pour un carton c'est l'action de mettre le carton sous le fils de chaîne en basse-lice


    Aune

    Ancienne unité de mesure correspondant à 1,19m en France et 0.697m en Flandres.

     

    Baldaquin

    a) étoffe de soie de Bagdad; b) châssis en bois sur lequel sont fixés des rideaux destinés à clore la couche

    baldaquin Bedroom in Grand Trainon

     

    Banc tournis

    Le dossier est mobile ce qui permet de se mettre dos ou face au feu, tournis : tournant

    Basane

    peau de mouton souple servant d'enveloppe pour un coussin que l'on remplit de duvet, le plus souvent remplacé par du coutil calle.

    Bâti

    Structure du siège que l’on garnit (synonyme : carcasse, fût, bois de siège)

    Bâton

    unité de surface qui correspond à 1/10 de mètre carré. Tube de verre séparant deux nappes dans l'exécution au métier de haute lice.

    Battage

    passage ou pénétration d'une couleur dans une autre, au moyen de hachures

    Banderoles

    Motif décoratif représentant une bande d'étoffe étroite dans laquelle prennent place des inscription et devises.

    Bandes(tapisserie à)

    Composée de bandes verticales encadrées dans le tissu, comme les mois grotesques d'après Claude Audran.

    Banquiers

    couvertures de sièges(du moyen âge au XVIè siècle)

    Basculer

    Pour pouvoir contrôler son travail à l'endroit, le basse-licier est obligé de faire basculer les raines(voir ce mot) de son métier.

    Basse-lisse (tapisserie de)

    c'est à dire exécutée sur un métier qui, au lieu d'être dressé perpendiculairement et debout, comme dans la haute lice posé à plat, horizontalement; les lices étant manoeuvrées au moyen de pédale et le modèle placé sous la chaîne alors que, dans la haute lisse, le modèle se trouve derrière l'artiste.

    Boxsprin

    Sommier tapissier dont le noyau est composé de ressorts. Il est le support idéal pour les matelas en ressorts ensachés. De plus, ce type de sommier apporte une touche d’élégance supplémentaire.

    Bultex

    Marque déposée. Mousse synthétique haute résilience. Les matelas de marques Bultex apportent un grand confort, un traitement anti acarien supérieur ainsi qu’une durée de vie appréciable

     

    bergère

    fauteuil spacieux et confortable du XVIIIe siècle. Le fond comprend le plus souvent un coussin, le dossier est en cabriolet ou en gondole et comporte deux joues sous les bras sur lesquels sont placées les manchettes.

    fauteuil Louis XV bergere

    Bergame:

    Sorte de tapisserie composée de diverses matières: bourre de soie, laine, coton, etc. sur une chaîne de coton, que l'on fabriquait autrefois, on l'ornait de figures peintes et imprimées.

    Biais

    étoffe prélevée à 45° par rapport au droit fil.

    BISONNE

    Toile en lin naturel qui ne subit aucun traitement de teinture.

    Blouse

    gainage fixé sur certaines parties en bois d'un siège à fond suspendu pour les dissimuler. La blouse est surtout utilisée sur les façades des accotoirs.

    Bombé

    léger arrondi sur le dessus de la garniture

    Bouillonné

    passage de plusieurs fils de fronce sur une tête de rideau ou sur une plate-bande formant des vagues.

    Bourrelet

    bord de la garniture épousant la forme de la ceinture.  en passementerie, c'est un ornement consistant en un petit moule de bois rond, recouvert de soie et entouré d'un travail de guipure qu'on place à la crosse de l'accotoir d'un siège.

    Bois apparent

    Se dit du bois d'un siège lorsqu'il est visible. La pose du tissu se terminera donc forcément par une finition collée ou des clous dorés.

    Bois recouvert

    Par opposition au bois apparent, se dit d'un siège lorsque que son ossature est complètement recouverte par le tissu. Dans certains cas, les pieds sont même cachés par une frange ou un volant. Souvent plus délicats à réaliser que ceux à bois apparent, ces sièges sont à déconseiller au débutant.

    Boufettes

    Pompons constitués de fils de coton de même longueur rassemblés au centre par un fil. Elles se placent sous les fils de serrage de coussin ou de matelas.

    Bocages:

    genre de tapisseries représentant des bosquets, des sites frais et ombragés

    Boucles(ou bouclettes)

    fixées au canevas dans la tapisserie à l'aiguille, ces boucles composent le point de velours ou d'astrakan qui imite le tapis lorsqu'elles ne sont point coupées par le tranchefil elles constituent alors le point " épinglé " et, dans l'autre cas ouvertes, c'est à dire coupées, elle représentent le " point de velours.

    Bourrelet

    Boudin de crin qui fait le tour de la garniture pour en raffermir les bords. Toujours bien dur ; sa grosseur varie en fonction des styles, de façon à faire plus ou moins ressortir un angle droit.

    Bouton recouvert

    Bouton métallique que l'on habille du tissu de couverture pour cacher les nœuds entre les capitons. Parfois, ils servent uniquement à écraser la garniture en faisant ressortir un léger relief. Dans ce cas, on parle de boutonnage.

    Bretelles

    À la préparation des cordes du guindage, lorsque des taquets ou des montants gênent l'accrochage, on les évite grâce à des segments de corde dont la forme fait penser aux anciennes bretelles.

    Brocart

    terme dérivé de l'italien brocato qui signifie « étoffe brochée ». Sous Louis XIV, étoffe faite de fils d'or et d'argent. Le brocart était à l'origine importé d'Italie. Sous l'égide de Colbert, des fabriques de brocart s'installèrent à Lyon vers 1Ó67 II y avait à Saint-Maur, près de Paris, un atelier appartenant au sieur Marcelin Charlier qui passait pour être le plus grand spécialiste des étoffes somptueuses. Plus tard, l'or et l'argent seront remplacés par la soie. Le brocart est l'étoffe la plus luxueuse de tous les temps.

    Brocatelle

    étoffe de soie tramée sur fil de lin, imitant le brocart, sans en avoir la qualité. Elle fut d'abord importée d'Italie, celle de Venise étant la plus recherchée. Quant aux brocatelles françaises, elles furent fabriquées en premier lieu à Lyon, puis plus tard à Saint-Maur par le sieur Charlier, à Paris et à Tours. La brocatelle fut très employée au XVIIe siècle, même à la cour de Louis XIV.

     

    Brocher

    brocher une étoffe, en termes de métier, c'est ajouter au fond de cette étoffe des dessins, fleurs, ramages ou rinceaux de soie, d'argent, d'or qui l'embellissent et en relèvent la beauté. Il est question de tissus brochés dès le XVe siècle.

    Broderie

    art d'exécuter à l'aiguille sur une étoffe déjà tissée des dessins en relief au moyen de fil de coton, de laine, de soie, d'or, d'argent et même de pierreries destinées à orner le fond uni de l'étoffe. Les broderies sur soie furent très nombreuses à l'époque médiévale.

    Burgau

    nom d'une grosse coquille dont on tire une nacre à l'éclat perlé.

    Calibre

    morceau de papier ou de carton permettant de reproduire à l’identique.

    Cage

    Réalisée dans une tige du même acier que les ressorts, on la façonne à l'étau et à la main pour qu'elle épouse parfaitement le périmètre d'un guindage dans le cas d'un « suspendu ».

    Cantonnière

    ensemble des "pentes"  et du bandeau en un seul morceau composant un décor fixe. Les pentes peuvent être retenues par des embrasses.

    Cantonnière

    Capiton

    désigne une garniture en creux et en relief.

    Caquetoire

     

     

    (ou Taillemouse qui désigne un gâteau en trapèze pour faire référence a la forme de l'assise).

    siege Caquetoire

    Carcasse

    Ossature d'un siège ; c'est en fait son squelette. On dit aussi structure ou fût. Le bois le plus utilisé pour les fabriquer aujourd'hui est le hêtre.

    Cardeuse à main ou balancier

    machine à "ouvrir" le crin en vrac ou la laine. Machine à tambour ou à disque. Les anciennes cardes; planches hérissées de pointes que l'on tenait dans les mains, sont devenues cardeuses à balancier.

    Carreau (Mise au)

    Opération mécanique qui consiste à agrandir ou à réduire un dessin à l'aide de ligne verticale et horizontales formant des carrés ou carreaux. Pour agrandir, on reproduit la partie du dessin inscrite dans un petit carreau, dans un grand; pour réduire on procède contrairement

    Camperche

    pièce de bois composant le métier du basse-lissier. Elle repose transversalement sur deux montants verticaux, presque au milieu du métier, manoeuvre d'une raine à l'autre, et supporte les sautereaux au moyen de poulies. Carton sorte de modèle peint ou dessiné aux dimensions de la future tapisserie, d'après lequel le lissier tissera son Oeuvre au Moyen âge on parler de " drap " car le papier se faisait rare et cher.

    Camelot

    étoffe fabriquée avec des poils de chameau, le camelot était initialement importé d'Orient et coûtait donc très cher. Par la suite, on a donné le nom de camelot à une étoffe à tissu non croisé, comme le satin de laine, composé de laine et de poils de chèvre, parfois avec adjonction de soie. Le camelot fut utilisé en France dès le XIVe siècle.

    Canapé (Louis XV)

    est une sorte de fauteuil élargi où plusieurs personnes peuvent s'asseoir côte à côte.

    Carrelet

    À l'origine, grosse aiguille à pointe triangulaire ou quadrangulaire utilisée par les bourreliers. On désigne aujourd'hui sous le nom de carrelet toute grosse aiguille, qu'elle soit droite, courbe ou double pointe. Les termes aiguille et carrelet ont d'ailleurs de nos jours tendance à se mélanger.

    Carre

    angle arête d’un angle à 90° sur une traverse ou un montant. Elle peut être intérieure, extérieure, supérieure et inférieure. On parle également de la carre du bourrelet.

     

    Carreau

    au Moyen Âge et jusqu'au xvi siècle, synonyme de coussin.

    Carrelet

    À l'origine, grosse aiguille à pointe triangulaire ou quadrangulaire utilisée par les bourreliers. On désigne aujourd'hui sous le nom de carrelet toute grosse aiguille, qu'elle soit droite, courbe ou double pointe. Les termes aiguille et carrelet ont d'ailleurs de nos jours tendance à se mélanger.

    Ceinture

    Sur un siège, l'ensemble des quatre traverses de l'assise forme la ceinture.

     

    Ceinture

    Sur un siège,l'ensemble  des quatre traverses de l'assise reliant les pieds et les montants du dossier.

    Ceinture périmétrale

    Il s'agit de l'ensemble des matériaux composants les côtés d'un matelas ou sommier. Une ceinture périmétrale de bonne qualité apporte une plus grande durée de vie.

     

    Ciel de lit

    châssis disposé au-dessus d'un lit, d'un trône etc... d'où descendent les décors : les rideaux et les draperies y sont fixés. L'intérieur du ciel de lit reçoit souvent un plissé soleil.

    Ciel de lit

    Chaînette

    Suite de nœuds plus ou moins espacés réalisés sur une carre (bourrelet, tige d'acier, angle de toile, coin carré...). On parle de « point de chaînette » lorsqu'il est réalisé sur la carre d'un bourrelet très fin de façon à obtenir un piquage dit en « lame de couteau ».

    Chaîne

    ensemble des fils qui vont d'un bout à l'autre d'une pièce d'étoffe et dans lesquels on passe, à l'aide d'une navette, les fils de trame qui vont d'une lisière à l'autre pour former l'armure

    Chayères, cathèdre :

     

    siège d’un évêque, d’un abbé dans leur lieu de culte respectif

    cathedre moyen age

    Chaise boudoire

    Chaise disposée initialement dans une petite pièce coquettement décorée, réservée à l'usage particulier des dames.
    Né au début du XVme siècle dans certaines demeures françaises élégantes, le boudoir connut son âge d'or sous
    les règnes de Louis XV et de louis XVI. Cette pièce, dans laquelle les élégantes pouvaient "bouder", discuter à loisir,
    nouer des intrigues ou recevoir des amitiés galantes, se caractérise par un mobilier précieux et distingué.

     

    Chaise à vertugadin :

    ou vertugale est une réplique du sgabello Italien.

    chauffeuse

    Siège confortable, bas et rembourré, dépourvu de bras et qui originellement permettait de se chauffer tout près du feu (d'où son étymologie).

    siege chauffeuse louis XV

    Chaînage

    Action de reconstituer la chaîne.

    Chaîne

    rangée de fils de laine blancs, base de la trame destinée à être entièrement recouverte par les fils de laine (ou de soie) représentatifs du décor et de la matière même de la tapisserie. Aux Gobelins la chaîne, en laine écrue de première qualité, compte environ six à sept fils au centimètre. La chaîne de Beauvais, destinée au meuble, est plus fine que celle des Gobelins

    Champs

    fonds et toutes parties unies d'une tapisserie Chancelleries: Tentures figurant un panneau semé de fleurs de lis et ponctué des armes de France. Le roi donnait ces tapisseries à ses chanceliers en exercice, d'où leur nom. Chef ce tête: Nom donné autrefois à un artiste tapissier particulièrement chargé de l'exécution des chairs.

    Chanfrein

    Biais de 5 à 6 mm de largeur exécuté à la râpe sur la carre d'une traverse de façon à pouvoir y enfoncer à plat les semences de 9 mm au moment du rabattage. Inexistant sur les bois neufs, il n'est pas toujours présent sur les anciens, malgré la facilité qu'il procure à cette étape.

    Chevillage

    Opération qui consiste à préparer les soie écrues en les rendant brillantes par la traction. Carnations: Parties d'une tapisserie traitant des chairs.

    Chromatisme

    ou gamme de coloration Clou: cheville en fer ou en bois servant à serrer les ensouples Cotrets: Robustes montants en bois supportant les ensouples.

    Claire-voie

    Se dit d'un sanglage lorsque, autant en profondeur qu'en largeur, on l'exécute en laissant un petit espace entre chaque sangle.

    Clous dorés

    Ce sont les clous de finition, on devrait dire clous « décoratifs ». D'un diamètre allant de 8 à 28 mm et plus, ils sont dorés, vieillis, nickelés ou cuivrés. La taille la plus utilisée est 10,5 mm.

    Cranter

    donner de petits coups de ciseaux pour libérer l’étoffe dans les creux ou au pied d’une couverture qui tire. (exemple : si la forme est ronde, lorsque l’on tire le tissu, il fait des vague, afin de lui donner plus de lest, on crante le tissu avant de le tirer puis de le fixer)

    CRAMPILLON (ou CAVALIER)

    Assimilé aux pointes, ce conduit métallique en forme de "U" est utilisé pour la fixation des ressorts, joncs ou cordes.

    Courtepointière

    voir l'artlcle spécifique

    Coulisseau

    rainure du camperche où coulisse le sautereau.

    Coutil

    Toile de coton croisé et très serré, généralement rayée ou à motifs utilisée pour la réfection des sommiers et des matelas

    Coutil-cale

    On dit aussi « nansouk ». Cette toile très serrée est plus particulièrement utilisée à l'intérieur des coussins pour envelopper la plume.

    Coutil jersey

    Un coutil jersey est fait d'un tricot fin, parfois en laine, confectionné sur un métier et offrant un grand confort et une bonne absorption de la transpiration.

    Couverture

    On appelle couverture l'étape qui consiste à poser le tissu définitif sur un siège. Le tissu de couverture est en fait le tissu de finition. Le fait de ne retirer que le tissu sur un siège se dit « découverture ».

    Corroyer

    corroyer le cuir désigne l'ensemble des opérations qu'il faut lui faire subir pour lui don­ner souplesse et brillant après qu'il a été tanné.

    Confortable

    On appelle ainsi une catégorie de fauteuils pour lesquels une véritable étude ergonomique a été réalisée. Ils offrent généralement une assise suspendue avec ou sans coussin, de gros accoudoirs rembourrés et un dossier moelleux, garni de ressorts (fauteuil « Club » par exemple). On associe parfois à ce terme certains sièges Napoléon III, entièrement recouverts de tissu, dont le confort n'a rien à envier à celui des fauteuils d'aujourd'hui.

    Crépine

    sorte de frange ajourée par en haut et qui se termine en bas par de longs fils. Elle est fabriquée en or, en argent, en soie, en laine, etc Les crépines se clouent ou se cousent sur les étoffes autour des meubles mais de façon que les franges tombent toujours perpendiculaire­ment. Leur fabrication esT: ancienne puisque les * crespiniers » comptent parmi les 101 métiers parisiens recensés par Etienne Boileau pour rédiger le Livre des Métiers (xilf siècle).

    Crête

    sorte de passementerie en forme de dent, faite au métier et servant à border les garniture^ et les rideaux de lit.

    Cube de raccordement

    Pièce de bois généralement dans le prolongement des pieds avant qui permet l'assemblage des traverses.

    Crin

    voir l'article spéficique

    Cuvette

    Sur l'assise, garniture composée au centre d'une pelote plate et sur les bords d'une remontée triangulaire. Prévue pour recevoir un coussin, elle évite que celui-ci ne s'échappe de son emplacement.

    fauteuil club

    - Petite pente rembourrée de crin puis cousu sur la devanture d'un siège (confortable ou club) afin de retenir le coussin.

    La cuvette est aussi une sorte de réceptacle dans lequel l'on met du crin pour former un dossier. Cette forme est réalisée par des bourrelets cousus plus plus hauts que le centre de la garniture, cela forme une sorte de cuvette, ou « saladier » pour être imagé. Cette cuvette peut être en forme de rond (comme sur les dossiers médaillons) ou trapézoïdale, ou ovale selon la forme du dossier.

     

    Damas

    nom donné aux soieries qui présentent à l'endroit des motifs mats sur un fond satiné et à l'envers, les mêmes motifs en satiné sur un fond mat. Primitivement importé d'Orient, le damas fut ensuite fabriqué en Italie dans les villes de Naples, Gênes, Milan, Florence et Venise. En France, c'est Louis XI qui encouragea la création de manufactures à Tours et à Lyon ; il y attira des ouvriers italiens.

    Dégarnissage

    Se dit du fait d'enlever toute la garniture d'un siège dans le but d'en entreprendre la réfection complète.

    Devanture

    Partie de garniture d'assise située sur la traverse avant. On doit lui réserver un maximum de soins.

    Double corde

    Finition collée, remplaçant un galon, formée de deux ganses habillées, accolées l'une à l'autre. On dit souvent, à tort, « double passepoil ».

    Droit-fil

    Poser une toile ou un tissu droit-fil, c'est le poser bien droit, en prenant un fil du tissage comme référence.

     

    Déhoussable

    Un matelas déhoussable est un matelas dont la housse peut-être entièrement enlevée pour son entretien ou son remplacement. Ceci n’empêche pas l’utilisation d’un protège matelas.

    Densité

    La densité ou masse volumique C'est le poids de matière par rapport au volume. Plus la densité est élevé, plus la matière conservera ses propriétés initiales, plus il y a de matière et plus le prix est élevé.

    La densité est le rapport de la masse par le volume de la matière. D = kg/m3. On conseillera donc un matelas de 40kg/m » à une personne plus corpulente.

    Duvet

    Petites plumes dont les barbes sont dépourvues de système d'accrochage. Le duvet est le composant principal d’une couette ou d’un oreiller de grande qualité. Le duvet est thermorégulateur, donc chaud en hiver et frais en été.

    dossiers à pelote

    voir l'article spécifique

    dossiers goutte de suif

    voir l'article spécifique

    Duchesse

    Ce mobilier naît en France durant la régence (dans le premier quart du XVIIIème), la duchesse est  une  bergère dont le siège est assez profond pour que les jambes d'une personne assise puissent y reposer entièrement (1,15 m à 1,60 m),  quand les habitudes de vie se transforment, par une plus grande exigence de commodité et d' aisance. Typiquement féminine, elle servait au repos et à la convalescence des malades. La duchesse peut être rembourrées ou cannée, dans ce cas, des coussins amovibles la rendent plus confortable.

    duchesse polychrome Louis XV

    duchesse brisée

    Vers la moitié du XVIIIème siècle, la duchesse devient duchesse brisée, très à la mode entre 1745 et 1780. Lorsque ce
    meuble a plusieurs parties,il s’appelle « duchesse brisée ». C’est une bergère qui constitue le chevet.
    Le reste comporte un pied à dossier beaucoup plus bas et un pouf intermédiaire
    s’il y a trois éléments. Le pied est plus allongé lorsqu’il n’y a que deux éléments

    duchesse brisee trois elements

     

     

    Drap

    d'après Littré, « Etoffe dont la chaîne et la trame sont en laine et dont le tissu est couvert d'un duvet plus ou moins fin, produit par les opérations du lainage et du fou­lage ». H. Havard trouve que ce mot avait une signification beaucoup plus étendue chez nos ancêtres.
    Jusqu'au règne de Louis XIV, les plus beaux draps étaient importés de Hollande à cause de leur solidité et de la beauté de leurs nuances. Afin de pouvoir réaliser la même qualité de drap, Colbert établit aux Gobelins des ateliers de teinture et de fabrication de draps qui ne tardè­rent pas à jouir d'une renommée européenne. Draps d'or, d'argent et de soie désignaient jadis toutes les étoffes tissées d'or et d'argent fin « tant pleines, façonnées, frisées, brochées que lamées, même celles à fond d'or ou d'argent, chargées de fleurs ou de ramages de soie de diverses couleurs et nuances ». Ces belles étoffes dont le commerce demeura jusqu'au milieu du xviiie siècle entre les mains des mer­ciers, furent d'abord importées d'Orient puis d'Italie et, enfin, fabriquées en France. La com­munauté parisienne des drapiers remonte au moins au xiiie siècle puisqu'elle est recensée dans le Livre des Métiers d'Etienne Boileau.

     

    Droguet

    à l'origine, c'était un tissu tramé de laine sur une chaîne de coton ou de fil, quel­quefois croisé mais ordinairement sans croisure. Il était utilisé pour faire des tapis de table et des garnitures de lits ordinaires. Sa signification change au xviiie siècle : c'est alors une étoffe de soie, à petits dessins généralement inscrits dans des compartiments losanges où la chaîne inter­vient aussi dans le décor. Son utilisation est la même qu'antérieurement mais on s'en sert aussi pour la fabrication de vêtements masculins et féminins.

    Echancrer

    couper pour dégager un pied ou un obstacle.

    Echancrure

    Se dit de la coupe d'une toile ou d'un tissu face à un obstacle pour pouvoir le contourner. Les plus répandues sont « en Y » ou « à 45° » et sont la bête noire des débutants. On dit aussi « entailles ».

    Elancrin ou le Ceylan crin

    voir l'article spécifique

    emballage

    Étape qui consiste à enfermer le crin à l'intérieur d'une toile appelée « embourrure ».

    EMBU (ou BOISSON)

    Pièce(s) de toile en excédent qu'il faut résorber.

    Empocher

    couverture assemblée avec un passepoil et des plates formes (exemple : un coussin peut être empoché)

    En blanc

    Terme commercial qui inclut la réfection d'un siège et la pose du tissu mais ne comprend pas le prix de l'étoffe.

    Entoilage

    Sur un bois apparent, au niveau du dossier, il s'agit de l'ensemble tissu (ou toile à carreaux) plus toile forte qu'on pose en premier de façon à créer un support pour la garniture.

    Ensouples

    Cylindres en bois ou en fonte reposant sur les raines ou cotés du métier du haute ou basse-lissier.

    On distingue, dans le métier de basse lice, l'ensouple de derrière sur laquelle s'enroule la chaîne la plus éloignée du basse-licier, et l'ensouple de devant sur laquelle on enroule la tapisserie au cours de l'avancement du travail. Dans le métier de haute lice, les ensouples se superposent à distance, verticalement, tandis que dans la basse lice, elles se juxtaposent à distance, horizontalement.

    Les ensouples servent autant à retenir les extrémités de la chaîne qu'à la tendre. Entacage: Rainure longitudinale de l'ensouple dans laquelle s'insèrent les baguettes destinées à recevoir et à maintenir les fils de la chaîne. L'action même de cette insertion

     

    Fauteuil cabriolet (LOUIS XV )

    apparaît vers 1740. c'est le premier fauteuil dont le dossier s'incurve pour
    épouser la forme du dos à la façon du siège de la voiture légère à laquelle il doit son nom.

    fauteuil LOUIS XV en Cabriolet

    Fauteuil à la reine à chassis (LOUIS XV )

    l'assise et le dossier sont démontables ce qui permet de changer de
    décor selon les saisons.

    fauteuil à coiffer (LOUIS XV )

    se distingue par le dossier qui porte une échancrure en son milieu.
    Ce genre de siège est souvent canné.

    Feuillure

    Gorge plus ou moins large et profonde creusée en façade sur les traverses pour y réaliser nos clouages successifs.

    Fibre creuse

    Fibre synthétique trouée permettant une meilleure isolation. Les fibres creuses sont la base des couettes et oreillers synthétiques. Contrairement au duvet, la fibre creuse n’apporte que de la chaleur.

    Fils

    les fils composent la chaîne d'une tapisserie. Ils se divisent en deux nappes; l'une réunissant les numéros impairs(dits fils d'avant); l'autre les numéros pairs(dits fils d'arrière)

    Frange

    Ornement de passementerie qui s'ap­plique aux meubles et se compose de trois par­ties, la chaînette, la tête et le corps. Lorsque la frange est particulièrement longue et que sa tête est large et ouvragée à jour, on l'appelle « crépine ». Les franges proprement dites sont de deux sortes : celles de soie torse et celle de soie lisse. Cette dernière s'appelle « frange cou­pée ». Les franges s'attachent de manière que leurs fils tombent toujours perpendiculaire­ment La feange esl un des principaux orne­ments utilisés par les tapissiers depuis le début du xive siècle.

    Fuite

    angle d’inclinaison de la garniture du fond vers le dossier

    Fond

    Autre terme pour désigner l'assise.

    Fond plein

    Assise à garniture fixe, par opposition à celle accueillant un coussin. On dit aussi « fond tendu ».

    Flamber

    On flambe les jares sur les parties réparées d'une tapisserie, avec une mèche trempée dans l'alcool et enflammée. Cette opération détruisant les jares, conformément à l'usure des temps, donne à la tapisserie une patine artificieuse

    Frette

    cercle en fer renforçant les ensouples du métier de basse lice perfectionné

    Fuseau

    broche conique Flûte: broche ou navette du lissier

    Galon

    on désigne sous cette appellation généra­le tous les tissus étroits fabriqués par les passe­mentiers. Jadis, on employait beaucoup de galons d'or et dargent dans la garniture des sièges et des tentures. La passementerie sous forme de ruban épais est utilisée pour dissimuler les semences qui maintiennent le tissu extérieur.C'étaient les « marchands de dorure » qui vendaient les galons de toutes espèces : ils faisaient partie du corps des mer­ciers, qui, rappelons-le, était l'un des « Six grands corps » de marchands à Paris.

    Ganse

    cordonnet (petit cordon) en coton très souple utilisé pour confectionner le passepoil. Ce cordon est passé dans un ruban de tissu puis cousu (à la machine avec un pied à passepoil ou à fermeture éclair).

    Garnissage

    Fait de garnir un siège. On parle de garnissage en traditionnel. C'est également le remplissage (des coussins par exemple : garnissage plumes ou flocons de mousse...).

    Garniture

    ensemble des éléments de confort, constitué de matériaux de rembourrage et de couverture.

    Guimpage

    Procédé qui consiste à enrouler un fil de trame le long d'un fil de chaîne sans contact avec les duites voisines.

    Gaufrage

    effet de boursouflure sur la tapisserie due à une rétraction irrégulière des fils de chaîne quand la tapisserie tombe du métier.

    Grattoir

    petit peigne pour tasser la laine et le tissage

    Grippé (tissu)

    Dont le retrait des fils, par places, accuse un plissé, un gondolage

    Garance

    Les racines de cette plante donnait des teintures rouge-orangé Gaude: plante donnant des tons jaunes.

    Gaze

    Tssu d'une extrême légèreté, la gaze est fabriquée avec de la soie et du lin, seuls ou mélangés ensemble. On fabriquait des gazes unies, rayées, brochées, façonnées, â fond plein, genre Chambéry etc. Le nom de Gaze vient de Gaza, ville de Syrie où elle fut d'abord fabriquée. On l'importa en France dès le XVIe siècle. Elle était utilisée pour l'habillement et l'ameuble­ment.

     

    Gland

    en passementerie, c'est le nom qu'on donne aux ornements par lesquels on termine ordinairement les cordons, les câbles, les ganzes et qui ont la forme du fruit dont ils ont pris le nom.

     

    Gros de Naples, gros de Tours

    sorte d'étoffe, toute de soie, qui n'est autre chose qu'un taffetas à gros grain, uni, plus fort efcplus épais que le taffetas ordinaire. On le fabriqua à Naples puis à Tours avec une telle perfection que le nom de cette ville française lui fut attribué. Le gros de Naples et le gros de Tours furent très à la mode aux XVIIe et XVIIIe siècles.

    Gouttière

    défaut de la garniture provoquant de petits creux sur le bourrelet.

    Gondole

    Qualificatif de certaines bergères ou sièges au dossier creux très arrondi se fondant avec les accotoirs
    ou la ceinture caractérisant certains sièges Louis XVI, Empire et Restauration puis Art Déco.
    Désigne aussi une petite table généralement circulaire avec un pied central

    chaise gondole LOUIS XV

    Guindage

    Opération qui consiste à abaisser les ressorts pour les conduire à la hauteur désirée par de la corde à guinder. voir l'article spécifique

    Hachure

    En tapisserie, la hachure, battage d'un ton dans un autre ou sa pénétration par demi ton, suffit au modelé désiré. Les anciens tapissiers n'usaient que de hachures à une seul nuance.

    Haute lisse( Tapisserie de)

    C'est à dire exécutée sur un métier à tisser dressé perpendiculairement et debout, le modèle étant placé derrière le tapissier et les lices manoeuvrées à la main.

    Hévéa

    Arbre de grande taille originaire d'Amérique du Sud, dont le suc laiteux sert à fabriquer le caoutchouc naturel.

    Hypoallergénique

    Voir anallergique

    Hytrel

    Matière thermoplastique polyester élastomère apportant la flexibilité du caoutchouc et la résistance du plastique. L’hytrel est utilisé dans la composition de certaines rotules de sommiers

    Houzeaux

    Épingles de 50 ou 60 mm d'un diamètre plus important que celui d'une épingle classique et présentant une grosse tête en plastique.

    Latte

    Lamelles de bois en lamellé collé et cintré à chaud. Les lattes en hêtre sont plus résistantes que celles en peuplier.

    Latex

    Matière naturelle issue du lait d'hévéa moulé. Les noyaux en latex sont moulés à chaud. Un matelas en latex offre une grande durée de vie ainsi qu’un confort idéal. Pour une bonne conformité, un matelas en latex doit être posé sur un sommier

    Jacquard

    métier à tisser mécanique amélioration du métier Vaucanson(XVIIIè)

    Juponnage

    Boursouflure à la surface d'une tapisserie, résultant d'un fil de trame trop serré autour du fil de chaîne, ou de l'emploi sur la broche de plusieurs laines de tons différents pour arriver au ton rompu du modèle.

    jaconas


    Toile de finition et de propreté, le jaconas est posé de manière à cacher les sangles sous le siège.

    Jonc

    sorte de roseau refendu remplacé par un fil d’acier. Lorsque les ressorts sont trop nombreux (sur une assise importante de club ou un sommier) le jonc consolide l’ensemble et permet au guindage d’avoir une hauteur égale partout. Les fils à guinder peuvent se fixer dessus.

    Joue

    partie verticale sur les sièges de style comprise entre le bras, le fnd, les consoles et le dossier : les joues sont garnies.

    Imprimé

    étoffe décorée de motifs polychromes à l'aide de planches gravées dont le nombre cor­respond exactement au nombre de couleurs que comporte le dessin. Les premiers tissus imprimés venaient d'Orient et étaient fabriqués en Chine. Connu en France depuis le début du XVIIe siècle, sa fabrication ne put vraiment se développer que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

    Indienne

    désignait primitivement la plupart des étoffes importées de Chine ou des Indes. Au début du XVIIIe siècle, les indiennes désignaient uniquement des toiles de coton peintes de diverses couleurs et figures importées des Indes orientales. Dès la fin du XVlf siècle, on fabriqua en Hollande d'abord, puis à Hambourg et ensui­te en Angleterre, des indiennes en toiles peintes qui imitaient à la perfection les étoffes des Indes. En France, les manufactures d'in­diennes virent le jour dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, soit avec un retard d'un demi-siècle sur les pays voisins.

    Jupe

    terme de tapisserie qui désigne la partie tombante de certaines housses. En passemente­rie, la jupe d'un gland est la frange qui entoure ce gland. Une jupe est dite lambrequinée lors­qu'elle est tissée en forme de feston et générale­ment ornée de mèche.

    Lacet

    longueur de ficelle non tendue comprise entre deux semences ou entre deux points. Les lacets servent communément à déterminer la hauteur du crin lors de la confection de l’assise. On les place en cousant  avec un grand carrelet sur la toile forte, on ne tend pas la ficelle et l’espace détermine la hauteur du crin. On roule dedans des pelotes de crin. Les lacets serviront également à tenir le crin en place.

    Laise ou

    largeur comprise entre deux lisières.

    Lames dans le métier de basse lice

    dans le métier de basse lice, les sauterreaux sont de petites lames de bois rappelant le fléau d'une balance, auxquels s'attachent les bâtons de lames ou de lices, actionnés par des marches sous l'impulsion des pieds du lissier. Le nom de lames est demeuré à la lice ou chaîne du tapissier. Chaque lame reçoit un nombre de portées plus ou moins grand suivant la grosseur des fils de chaîne.

    Lame de couteau

    arête d’une garniture réalisée au point de chaînette sur le bourrelet. Cela crée une arrête très « pointue » utilisé couramment sur les garnitures de style louis XVI.

    Lambrequin

    les tapissiers appellent lambrequins des bandes d'étoffes tombantes, largement découpées en feston ou échancrées. On les orne d'applications, de broderies, de franges, de glands, etc. ; on les drape parfois pour leur don­ner plus de caractère.

    Lampas

    étoffe de soie, généralement à grands dessins, que l'on importait à l'origine de la Chine ou de la Perse et que l'on fabriqua à Lyon dans la seconde moitié du XVIIe siècle à l'insti­gation de Colbert. Sa fabrication atteindra la per­fection au XVIIIe siècle. Les lampas sont compo­sés comme les damas d'une chaîne et d'une trame de soie mais ils comportent une seconde chaîne dont le rôle est de lier la trame. La chaî­ne qui sert à faire le fond de l'étoffe est à son tour liée par une trame que l'on appelle coup de fond. Les lampas se distinguent des damas par leur fond satiné qui les rend plus chatoyants. Les reflets de ce fond, jouant entre les fleurs ou les rinceaux du dessin, produisent des effets d'une richesse incomparable ; ils peuvent être enrichis de fils d'or et dargent, c'est-à-dire ornés de fleurs ou d'ornements tissés avec une navet­te spéciale. Le lampas n'est pas réversible : son envers est uni et mat. Les lampas sont, après les brocarts, les étoffes les plus luxueuses utilisées dans l'ameublement.

    Lézarde

    Modèle de galon qui présente un bord droit à coller contre le bois et un bord ondulé qui vient sur le tissu. Le galon plat, lui, possède les deux bords droits.

    Lisière

    Bordure sans intérêt artistique de l’étoffe parallèle au fil de la chaine du métier à tisser.  traditionnellement bleu foncé pour les tapisserie d'Aubusson et brun pour celle de Felletin, servant de point de départ à la tapisserie.

    Lisses

    anneaux de fils de coton qui permettent au lissier de tirer alternativement les fils de chaîne.

    Ligne

    ancienne mesure.La ligne équivaut à 2,256 mm et était divisée en 12 points.

    Ligature

    Lien très serré réalisé à l'aide d'une ficelle à piquer doublée. La ligature permet de fixer la cage sur les pavillons du ressort dans le cas d'un guindage suspendu.

    Lices(ou lisse)

    Cordelettes permettant de ramener les fils de la nappe de devant et de les croiser avec ceux de la nappe d'arrière.

    Liure

    Résultat de la réunion plus ou moins harmonieuse des fils de couleurs différentes et juxtaposées. Croisements des fils de la trame.

    La Marquise ou tête à tête

    (fauteuil Louis XV):est une bergère assez large pour que deux personnes puissent
    y prendre place côte à côte

    fauteuil Louis XV marquise

     

    Marches

    pour la basse lisse ce sont les pédales qui soulèvent les fils de chaîne.

    Marche

    ancien nom donné à la région de France regroupant les villes d'Aubusson et de Felletin. C'est aussi le nom des oeuvres produites dans cette région. Moulinage: opération qui consiste à assembler plusieurs fibres par la torsion.

    Métrage

    longueur précise d’étoffe pour réaliser un ouvrage.

    Mise en blanc

    Étape au cours de laquelle on pose une toile blanche pour enfermer et écraser le crin animal afin qu'il ne déborde pas du bourrelet.

    mise en crin

    Lors du gansissage du siège, lLes crins, d’origine végétale ou animale, sont glissées sous les lacets par
    petites poignées travaillées et mélangées jusqu’à obtenir la future garniture. La quantité de crin est définie par la taille et la forme du siège.

    Mousse

    matière souple pour la confection de garniture de siège. Deux origines : naturelle (le latex) synthétique (polyéther, polyuréthane…)

    Mousse HR

    Mousse synthétique haute résilience. La mousse haute résilience est utilisée dans la fabrication de noyau ou de ceinture perimétrale de grande qualité et longévité.

    Morphologie

    Branche de la biologie traitant de la structure externe du corps humain. Une bonne literie épouse parfaitement la morphologie du « dormeur »

    Montage machine

    Assemblage de divers éléments à la machine à coudre, notamment pour la couverture des bois recouverts.

    Montant

    Au niveau de la carcasse, élément de menuiserie vertical qui fait le lien entre le haut et le bas (montants de dossier, de manchettes, etc.).

    Nappes

    les fils composant la chaîne sont divisés en deux nappes, l'une en avant l'autre en arrière. Les fils de cette dernière sont manoeuvrés au moyen des lices

    Navette

    broche ou flûte.

    Noyau

    Le noyau est la partie centrale d'un matelas. Il peut être en mousse de différentes qualités, de ressort, de latex, de mousse visco élastique,…

    Onglet

    angle de 45° formé par un galon pour suivre deux cotés perpendiculaires.

    Ottomane Turquoise, Paphos

    sont des sortes de divans dont on a emprunté les noms à l'Orient. Ils se caractérisent par les formes de sièges qui sont soit ovales, soit en haricot.

    divan_louis_XV_ottomane_turquoisepaphos

    Ouate

    voir l'article spécifique

    Ouvrir le crin

    aérer et carder à la main sans le sortir du lacet autour duquel il est enroulé. Une fois toutes les pelotes enroulées autour des lacets, il faut ouvrir le crin pour le répartir de façon uniforme  et que l’on ne sente plus les boules formées par les pelotes. Cela forme alors une grosse masse de crin que l’on enferme dans une toile d’embourrure (c’est l’emballage).

    Omelettes

    Bordures de tapisseries jaunes dont les effets d'ombre et de lumière ne visent point à ceux d'une moulure éclairée.

    Ourdir

    Préparer la chaîne d'une tapisserie

    Ourdissage

    Action d'ourdir.

    Passementerie

    article de décoration et de finition : galon, frange…

    Passepoile

    bande étroite d’étoffe dans laquelle est emprisonnée une ganse.

    Pant

    Galerie spécialement destinée à l'exposition des tapisseries au XVIè

    Passage

    Nuance intermédiaire d'un ton à un autre, souvent une demi-teinte; sa transition

    Passée

    Résultat obtenu par la broche chargée de laine lorsque les deux nappes de la chaîne ont été manoeuvrées. Une passée constitue une duite. La demi-passée est le résultat donné par la broche lorsqu'elle n'a recouvert qu'un fil de la nappe de chaîne sur deux.

    Percale

    Tissu de coton, ras, fin, très serré. Le coton percale est notamment utilisé dans la confection de housses de couette, de taies d’oreiller et de traversins.

    Peigne

    Outil du lissier à l'aide duquel il tasse chacunes des duites pour serrer les laines et réaliser ainsi la trame de la tapisserie.

    Perche( des lices)

    Celle où se trouve passée la boucle des lices fixées à chacun des fils de la nappe d'arrière.

    Piquage

    Le piquage consiste, à l’aide de divers points (point droit ou avant, échelle, arrière, perdu, noué), à maintenir la garniture, à lui donner sa fermeté ainsi que sa forme définitive.

    Piqûre

    légère couche de crin animal disposé sur le dessus de la garniture piquée pour combler les trous causés par le piquage. La piqûre est aujourd’hui souvent réalisé en Ceylan crin.

    Piqûre animale

    Étape au cours de laquelle on glisse de légères poignées de crin animal dans des lacets tendus en point avant de façon à combler le creux créé par le piquage du bourrelet. Donc, sauf pour combler les creux des points de fond, si on ne pique pas de bourrelet, la piqûre animale est inutile.

    Physiosystem

    La nouvelle technologie du Physiosystem repose sur la synergie de deux principes actifs: une surface micro structurée pour un accueil optimisé du corps, et un travail en profondeur de la matière multi alvéolée pour un soutien morphologique de haute sensibilité. Le « Physiosystem » est un brevet Pirelli.

    Polyamide

    Fibre synthétique rentrant dans la fabrication des principaux textiles actuels.

    Polyéthe

    Polymère contenant des motifs de répétition contenant la fonction chimique "éther". Le polyéther rentre dans la composition de certains noyaux « mousse »

    Polyuréthane


    Polymère obtenu par polyaddition d'un isocyanate et d'un alcool. Le plyuréthane rentre dans la composition de certains noyaux de type mousse

    Poinçon

    Outil du lissier servant à contourner le fil de chaîne pour tasser la laine, dans certain cas. Portée: Nombre des fils constituant la chaîne.

    Portière

    Tapisserie vouée à la décoration des vantaux d'une porte.

    Potomage

    Opération qui consiste à maquiller, à l'aide de couleurs sèches ou liquides, les tapisseries sous prétexte de raviver ou de calmer leurs tons.

    Le point échelle

    Le premier point que l'on va piquer est le point « échelle ». Son nom est dû au fait que les points qui le composent forment des segments de ficelle parallèles qui font penser aux barreaux d'une échelle. Pour le réaliser, on aura besoin d'un grand carrelet courbe (de 200 à 250 mm) car il s'enfonce profondément dans la garniture.

    Points de fond

    Le passage de ces points au travers de la garniture permet d'écraser le crin entre la toile forte et la toile d'embourrure.ors de la phase de garnissage du siège, la toile d’embourrure qui est une toile de jute au tissage lâche, est placée de façon "droit-fil ",
    c’est à dire de manière orthogonale, sur la mise en crin.
    Légèrement tendue, elle est maintenue sur celle-ci par une ficelle passée dans la garniture.

     

    Pointe à crêter

    pointe à petite tête ronde d’une longueur de 15 mm employée pour les finitions.

    Pointe à damas

    pointe identique que la pointe à crêter, ayant le même usage mais d’une longueur de 25 mm.

    Pré-rabattage

    Comme son nom l'indique, cette étape arrive avant le rabattage définitif. Elle consiste à modeler les bords de la garniture pour obtenir la forme voulue et à fixer provisoirement la toile d'embourrure par des houzeaùx plantés dans la toile forte, juste au-dessus du chanfrein. Cela permet de revenir plus facilement sur le réglage sans abîmer la toile.

    Presse à feuillard

    Outil servant au recollage des fûts. Il se présente sous la même forme qu'une presse à cadre mais avec un ruban métallique beaucoup plus large. Son gros avantage est qu'il permet de serrer très fort une ceinture complète.

    Les profilés

    sont des morceaux de mousse de très haute densité (150 à 250 kg/m3) agglomérée en forme de « boudin » qui sont utilisés pour remplacer le bourrelet de crin  pour le garnissage des sièges

    lire l'article

    rabattage


    La toile d’embourrure est clouée sur la carcasse du siège (sur le chanfrein avec des semences de 9 mm) en donnant la forme et la hauteur de la garniture.C'est le fait de retirer avec soin une garniture (dossier surtout) dans le but de pouvoir la refixer ensuite. Par exemple, dans le cas d'une couverture seule sur un bois apparent, on est en effet obligé d'ôter la garniture du dossier pour accéder au tissu intérieur. C'est pour éviter ce type d'opération qu'on pose parfois une toile à carreaux ou une satinette unie sur les intérieurs des dossiers.

    Raccord

    action d'harmoniser les anciennes laines de couleurs d'une tapisserie avec les nouvelles.

    Raines

    Mandriers en bois formant les cotés du métier basse lice. Elles reçoivent les ensouples.

    Rappel

    corde qui maintient les ressorts en place avec des nœuds.

    Repiquage

    opération consistant à refaire la trame d'une tapisserie abîmée ce avec des fils de laine ou de soie passés à l'aiguille.

    Résilience

    La résilience, c'est la capacité de la mousse à renvoyer la pression exercée par le poids du corps pour revenir à sa position initiale.
    Plus un coussin retrouve sa position initiale, meilleure est la mousse. Un noyau en mousse HR est synonyme de grande qualité et longévité.

    Ressorts


    Organes élastiques, le plus souvent en acier trempé, ayant la propriété de reprendre sa forme et sa position initiales après avoir subi une déformation. Un matelas avec un noyau de type ressorts est synonyme de très bonne ventilation.

    voir l'article spécifique

    Ressorts biconiques

    Ressorts qui possèdent des spires inférieures et supérieures d'un plus grand diamètre que les spires centrales. Les carcasses en ressorts biconiques sont parmi les plus résistantes.

    Ressorts Bonnel

    Ressorts libres

    Ressorts ensachés

    Ressorts technologiquement plus évolués que les ressorts biconiques, ils se compriment sans aucun contact métallique et se trouvent dans une enveloppe de tissu. Les carcasses de type ressorts ensachés apportent une très bonne indépendance de couchage.

    Ressorts LFK

    Ressorts libres qui de par leur forme et leur technologie, apportent une indépendance de couchage sans être ensachés.

    Ressorts multispires

    Ressorts dont le diamètre et la forme des spires sont différents suivant le confort et le soutien voulu. Epeda est une marque qui utilise essentiellement des ressorts multispires

    Rentraiture (atelier de)

    Il reconstitue les parties détruites ou lacérées des tapisseries.

    Rentrayage

    opérations de la rentraiture. Relais: interruption de la trame entre deux fils de chaîne.

    Saponaire:

    Plante commune qui donne à l'eau la propriété de mousser à la manière du savon. Elle servait au nettoyage des tapisseries.

    Le Sanglage

    Le sanglage est la base d’un siège. Composé de sangles de toile de jute entrecroisées,
    il reçoit la garniture,
    supporte le poids de l’assise et consiste en la réalisation d'une plate-forme solide sur ou sous la ceinture au moyen de sangles entrecroisées, tendues avec un tire-sangle.

    Saignée

    marque provoquée sur les étoffes fragiles par la semence tirant les fils de trame.

    Semences

    Clous de tapissier. En acier, à tête large et plate, elles se présentent sous plusieurs tailles dont les plus utilisées sont la 7, la 9, et la 14 mm.

    Serre-joint

    Presse métallique composée d'un mors fixe monté sur une tige plus ou moins longue et d'un mors mobile fonctionnant un peu à la manière d'un étau. Ils servent généralement au recollage des bois mais peuvent aussi, dans certains cas, servir à maintenir en place un siège sur une table ou des tréteaux.

    Sifflet

    garniture d’un dossier dont l’épaisseur diminue du haut vers le bas pour venir mourir sur le bois. Garniture dite aussi en « fuite ».

    Silicone

    Matériau synthétique retraçant les qualités du caoutchouc tout en étant plus durable que celui-ci. Le silicone peut être utilisé dans la fabrication de rotule de sommier.

    Sommier

    Partie inférieure d'une literie, destinée à supporter le matelas et comportant un cadre muni de ressorts, de lamelles ou d'une matière souple. Le sommier est en général la partie qui apporte le soutien dans une literie contrairement au matelas qui apporte le confort.

    Sommier à lattes

    Sommier composé de lattes souvent en bois apportant un maintien optimal.

    Sommier tapissier

    Produit traditionnel de bon confort permettant un maintien moins ferme qu'un sommier à lattes. Le sommier tapissier peut être parementé d’un coutil similaire au matelas.

     

    Sonnette

    fil rouge placé sur le lisière d’une étoffe pour signaler un défaut.

    Spire

    Une spire est équivalente à un tour de spirale ou un tour d'un enroulement.

    Suite

    est une tenture reproduite en plusieurs exemplaires.

    Suspension

    Souplesse donnée par le guindage, par les sangles élastiques.

    Suspendu

    Se dit d'un guindage lorsque celui-ci est réalisé de façon que le haut des ressorts ne soit pas bridé sur les traverses, lui conférant ainsi infiniment plus de souplesse. On façonne alors une tige d'acier à la forme de l'assise pour pouvoir y coudre la garniture. La garniture réalisée sur un guindage suspendu est dite « garniture suspendue ».

    Taquet

    petite pièce de bois collée et clouée autour des pieds et des consoles pour fixer la garniture.

    Tasser

    Action, chez le tapissier, de serrer les duites en les frappant avec le peigne.

    Tenture

    Nom donné à des bandes de tapisserie disposées pour être employées ensemble, ou les bandes mêmes qui composent la tenture. Une tapisserie de tenture désigne aussi une tapisserie destinée à être tendue sur le mur. On dit encore une tenture pour indiquer une tapisserie appartenant à une même série. Tombée de métier: à la fin du tissage on coupe les fils de chaîne qui la maintiennent sur le métier.

    Toile Blanche

    Appelée aussi toile de finition ou toile d’attente, correspond à la dernière étape avant la pose du tissu.

    voir l'article spécifique

    Toile d'embourrure

    voir l'article spécifique

    La toile forte

    voir l'article spécifique

    Trame

    ce sont ces fils entrecroisés avec les fils de chaîne.

    Traverse

    Sur un fût, élément de menuiserie horizontal qui rejoint les montants. Sur une assise, les traverses rejoignent généralement les pieds.

    Tourillon

    Sorte de pivot garnissant l'extrémité des ensouples; il est enclavé dans des coussinets mobiles qu'agissent sur les rainures, régissant la tension convenable de la chaîne dans la tapisserie haute lisse.

    Tréteaux

    ils renforcent dans le métier de haute lice, la solidité des raines qui supportent les ensouples

    Veilleuse

    siége comparable à la Duchesse, mais elle possède un troisième dossier
    qui relie le dossier le plus élevé au dossier le plus bas.

    Végo

    Terme utilisé dans les ateliers pour désigner le crin végétal.

    Verdillon

    Sorte de tringle servant à fixer le commencement de la chaîne dans la rainure des ensouples d'un métier de haute et basse lice.

    Vif

    (couper à) ou couper franc : couper l’étoffe le long des semences.

    voyeuse ou voyelle (LOUIS XV )

    se présente sous l'aspect d'une chaise ou d'un fauteuil.
    On s'agenouille sur le siège très bas et on s'accoude sur une tablette rembourrée,
    fixée au sommet du dossier pour suivre les jeux de société

    voyeuse ou voyelle

    Wich

    Forte perche assurant l'entacage.

    Zone de confort

    Dans une literie, partie amenant un confort et un soutien différent d'une autre zone. On optera plus vite pour une zone de confort souple au niveau de l’épaule et ferme au niveau des lombaires et du bassin.